• TITLU în română: Vase de sticlă descoperite la Curtea Veche
  • Subiect: Les premiers renseignements concernant des découvertes archéologiques auprès de lieu-dit Curtea Veche de Bucarest sont fournis par Dimitrie Pappasoglou, des le XIXe siècle. La constitution du Chantier de Fouilles Archéologiques en Bucarest, en 1953, a marque également le debut de la recherche archéologique systématique au lieu-dit Curtea Veche (Ancienne Cour Princière) de la capitale roumaine. Les découvertes les plus importantes, provenant des rues Soarelui, Blănari, 30 Decembrie, ont été faites lors des années 1953-1954 et sont représentées par des dépôts mixtes de vases céramiques et en verre, appartenant à des commençants de la première moitié du XIXe siècle. La conservation des dépôts précités est due à 1' incendie qui, en 1847, a affecté en bonne partie le périmètre de Curtea Veche. Les plus anciennes découvertes médiévales sont des vases en verre trouves dans des tombes du XVIe siècle. Des exemplaires de la première moitié du XVIe ont été découverts au près de l 'église St. Gheorghe Nou, tandis qu'un vase biconique provient des environs de 1 'église Radu Vodă. Les autres vases en verre découverts dans le périmètre de 1' Ancienne Cour Princière proviennent de contextes con fus du point de vue de 1' archéologie. A peu d’exceptions - un bol provenant de l'église Sf. Gheorghe Nou et un verre trouve dans le Passage Français, tous les deux attribues au XVIIe siècle - les autres objets proviennent des couches archéologiques des XVIII-XIXes siècles et on les a dates grâce à leur association a des céramiques. Des renseignements supplémentaires nous sont offerts par les documents écrits de 1' époque : le Prince Mihai Viteazul (1593-160 1) était exempte du payement des taxes douanières pour les verreries qu'il avait achetées à Venise, les produits des ateliers de Murano (verres, miroirs) étant présents sur le marché bucarestois jusqu'à la fin du XVIII e siècle. Au début du XIXe siècle il y a des renseignements concernant des importations de verrerie de Vienne. A cote de la verrerie importée, présente dans les maisons des boyards, il y avait quantité de vases d’usage courant, originaires des ateliers de la Valachie, dont le plus connu se trouvait à Târgovişte. Les analyses physico-chimiques effectuées ont mis en évidence des vases produits selon une recette sodique à bas contenu de potassium (le vase biconique de Radu Vodă), caractéristique de 1' atelier de Murano. Parmi les vases les plus nombreuses - les veilleuses – les analyses ont indiqué une recette potassique, qui trouve des analogies dans la verrerie allemande des XVIl-XVIIIes siècles.
  • Limba de redactare: română (şi un rezumat în franceză)
  • Titlu publicaţie: Cercetări arheologice în Bucureşti
  • Anul publicaţiei: 2002
  • Referinţă bibliografică pentru nr. revistă: V; anul 2002; subtitlu: V, 2002
  • Paginaţia: 57-78
  • Navigare în nr. revistă:  |<  <  5 / 8   >  >|