• Subiect: Porolissum et Augusta Traiana. Observations sur l'inscription IGB, ID/2, 1590 L'inscription grecque dont on parle a été trouvée à Augusta Traiana en Thrace (aujourd'hui Stara Zagora - Bulgarie). Le texte en est difficile, contenant beaucoup d'erreurs et de confusions (4, 5). Elle fait mention d'un décurion du municipe de Porolissum de la Dacie septentrionale, qui fait refaire, entre les années 222-235, un temple de Jupiter Dolichenus, de concert avec un autre dédicant. L'auteur croit que dans la 10-eme ligne l'expression ύνέμπορος τής Δαχίας n'est pas incorrecte; elle signifie negotiator vinarius Daciscus (11). Σύρος de la 9-eme ligne est un ethnikon et non pas un nom. On propose une traduction – très libre - du texte: „Bonne chance! Au Dieu Dolichenus, pour l'éternel règne et la victoire de notre invincible maitre, Imperator Caesar Marcus Aurelius Severus Alexander Pius Felix Augustus, et pour Iulia Mammaea Augusta, pour le saint sénat et pour le peuple romain, pour les saintes troupes (legions?) et pour le conseil et le peuple de Augusta Trajana . . . . . . . . . . Aurelius Sabinus, fils de Theophilus, prêtre syrien et marchand de vins pour la Dacie, et Aurelius Primus Astius dénommé Iulius aussi (ou „de Astius aussi dit Iulius"), décurion du municipe Septimium Porolissum de la Dacie, ont fait refaire au Dieu le temple, d'après la loi et le rite . . . ? . . . A la bonne heure!" Le premier dédicant est un oriental en cours de romanisation et fait un négoce de vins dans la Dacie. Le second a un deuxième cognomen d'origine grecque (17), mais cela n'implique pas une origine orientale (20). Tous les deux sont citoyens romains et portent des noms romains. En jugeant d'après le texte, les deux connaissaient mal le grec. Jupiter Dolichenus est rarement atteste en Thrace, mais son culte est très répandu dans les provinces de frontière, parmi lesquelles la Dacie aussi (22). Il semble que les deux dédicants viennent de la Dacie et qu'ils s'occupent justement de l'importation de vins du Midi. Ceux-ci étaient bien reçus sur le limes. La ville de Porolissum, qui avait une grande garnison, était une bonne marche pour ce commerce; de plus, on pouvait en exporter des vins dans le Barbaricum, ii y avait une statio portarii (23-27). Certainement, ce commerce apportait des grands gains (ils font réparer le temple ă leurs frais), mais rien ne prouve l'existent l'un monopole commercial (31). On cite ensuite d'autres sources qui, à cote de cette inscription, prouvent les liens économiques de la Dacie avec les provinces romaines balkaniques. Il faut mettre en évidence l'importance économique de la ville de Porolissum.
  • Limba de redactare: română
  • Secţiunea: Istorie veche şi arheologie
  • Titlu publicaţie: Acta Musei Porolissensis
  • Editura: Publicat de: Muzeul Judeţean de Istorie şi Artă din Zalău
  • Loc publicare: Zalău
  • Anul publicaţiei: 1988
  • Referinţă bibliografică pentru nr. revistă: XII; anul 1988; subtitlu: Anuarul Muzeuului Judeţean de Istorie şi Artă din Zalău
  • Paginaţia: 291-
  • Navigare în nr. revistă:  |<  <  16 / 59   >  >|